<Du Soleil Levant>


Eh bien ils se disaient venir ,
Du Pays du Soleil Levant,
D’un Empereur de dix mil ans,
Ces soldats sans peur et sans rire.

Ils avaient tout du combattant,
De vrais sabres de samourais,
Jusqu'aux tout modernes fusils,
Et bien plus que de vrais canons !

Ah qu’ils étaient cruels, méchants,
Ces guerriers venus de la Loi,
Etant sans relâche et sans foi,
Tuant, massacrant nos parents.

Oui, ils coupaient les têt's vraiment,
Les éparpillaient sur la place.
Puis plus rien que des carcasses,
N'épargnant ni femm's ni enfants !

Pas d' pitie pour les innocents,
Pas d' pitié pour l'enfant d' neuf ans !
Qui de nous seraient des Humains,
Les tués ou bien les tuants ?.....

Oh Dieu aurais-Tu pu voir ça,
Allah aurais-Tu accepté,
Du sang d' tes créatur's jeté

Sur les eaux de l'Amour, à Toi ?!

 

Ce poème a été écrit à la mémoire des massacres de Nanjing (Chine)

- Victor Chan (25/01/06)

<< Page précédente               Page suivante >>                     RETOUR