En outre, une grande partie de la nouvelle génération souhaite une autre façon de vivre. L'argent est considéré comme un moyen et non pas une fin en soi. Ce qui est important, ce n'est pas la quantité d'argent que l'on a dans son coffre-fort, mais c'est la quantité d'argent que l'on peut dépenser par mois ou par an ! Ainsi, on pourrait aller au restaurant, au bal , dans les boîtes de nuit, répondre aux invitations, faire du tourisme, avoir du temps disponible, et avoir des relations sociales et amicales. Pour un jeune homme normalement constitué, il aimerait, dans une boîte de nuit, "enlever" la plus belle fille convoitée par tous ! La compétition est rude. Sinon, il n'aurait que les soldes, celles que les autres ne voudraient pas. Ce mode de vie n'est pas une vue de l'esprit. Voyant les Français vivant à Diego ou ailleurs, surtout les vieux : ils n'ont pas de capital mais ils peuvent dépenser dans les 4 000 à 10 000 francs français par mois (800 à 1000 Euros). Tout simplement parce qu'ils ont une pension de retraite ou une rente mensuelle qu'ils touchent régulièrement.

La richesse devrait avoir un but social. Une richesse enfermée dans le coffre-fort ne profite qu'à son propriétaire et à sa mort, à ses héritiers. Elle ne présente donc aucun intérêt pour le groupe ou la société. Dans les pays de grande civilisation, l'homme riche crée une fondation ou une association à but social. C'est une façon pour lui de partager sa richesse. C'est à partir de ces activités à but social que l'homme riche inspire la confiance, la considération et le respect. L'idée motrice actuelle est la communication et le partage.

Enfin, l'Homme se doit d'être social. L'homme important se doit de faire partie d'une ou plusieurs associations laïques ou religieuses : membre du Lions Club, du Rotary Club, de la Table Ronde, de l'Alliance Française, animateur d'une Amicale ou d'un parti politique. La liste est longue. L'homme social perd son temps et son argent mais il acquiert une valeur humaine certaine. Voilà une nouvelle notion de valeur qui n'est pas du tout matérielle ou financière. Il en est de même de l'homme politique. Une fois élu par le peuple, il devient un personnage important même s'il n'a pas beaucoup d'argent.

L' AVENIR DE LA NOUVELLE GENERATION : S'INTEGRER DANS LA POPULATION MALGACHE EN CHERCHANT DES VOIX ET SE PRESENTER AUX DIFFERENTES ELECTIONS POUR PARTICIPER A LA BONNE GOUVERNANCE DE MADAGASCAR.

La motivation de nos ancêtres était : Mitady Vola = Chercher de l'Argent. La motivation de la génération actuelle est : Mitady Vato = Chercher des Voix pour se faire élire.

Face à tous ces changements, y-a-t-il un avenir pour la nouvelle génération en tant que communauté chinoise ? La plupart des descendants n'ont plus la nationalité chinoise et ne parle plus chinois. La plupart portent de noms malgaches et non chinois. Il n'y a pas de lien économique, commercial ou fiscal avec la Chine. Pour les Français, lorsqu'il y une élection en France, le consulat de France à Madagascar organise un bureau de vote et les citoyens français vont aux urnes. L'exercice de tel droit civique n'existe pas chez les Chinois même de nationalité chinoise. Ces derniers ne sont donc pas de vrais "citoyens" chinois au sens moderne et démocratique du mot mais "sujets" chinois.

La nouvelle génération constitue un nouvel apport à la population malgache. Il n'existe pas une race malgache. Madagascar est peuplé par des gens venant des horizons divers, à des époques différentes. Ceux qui vivent à Madagascar deviennent malgaches avec le temps. La population serait composée de 18 tribus. Les descendants des Chinois composeraient la 19è tribu.

Madagascar est un pays démocratique. Cela veut dire que tous les chefs, y compris le Président de la République, ont été élus à la majorité des voix du peuple malgache. Le pouvoir vient du peuple, d'en bas. Si donc on pose la question au Président de la République pourquoi et comment il est devenu le chef, il vous répondra qu'il a été élu à la majorité des voix du peuple. C'est le régime démocratique. Si on pose la même question au roi ou à l'empereur pourquoi et comment il est devenu le chef, il vous répondra qu'il a hérité son pouvoir de ses ancêtres et que c'est Dieu qui l'a choisi. Le pouvoir vient d'en haut. C'est le régime monarchique. Nos ancêtres les pionniers étaient habitués au régime monarchique : ils ne pouvaient évoluer que dans un seul domaine, c'est l'Avoir. Le Savoir et le Pouvoir relevaient des mandarins et de l'empereur. Les Chinois pionniers étaient plus les sujets de l'empereur que citoyens de Chine. C'est pourquoi, dans la grande majorité, les Chinois ont peur de la politique, de l'administration.

lire la suite